Inscription - les auteurs - Cineregard en trois mots - Parler de nous
acceuil espace pigistes
 
Bienvenue sur notre site internet, Cinéregard est un site chrétien spécialisé dans l?analyse des films de cinéma et des programmes TV.
Avec Cinéregard, vous n?irez plus au cinéma par hasard !
"Votre navigateur n'est pas configuré pour le JAVASCRIPT, certaines fonctions seront invisibles"
Aventures
Biographie
Comédie
Comédie dramatique
Documentaire
Drame
Espionnage
Fantastique
Film d’action
Film d’animation
Film d’horreur
Film de guerre
Historique
musique
Policier
Science-fiction
Thriller
Western

Derniers films critiqués toutes catégories

Les dernières critiques
de Dominique Borde
 - Voyage à travers le cinéma français  - La mort de Louis XIV  - D’après une histoire vraie  - Borg/McEnroe  - De bon matin  - À peine j’ouvre les yeux  - Le dernier loup  - La première étoile  - Le procès de Viviane Amsalem  - Steve McQueen, the Man & Le Mans
Recherche sur le site
avancées
D’après une histoire vraie
Date de sortie: mercredi 1er novembre 2017
Adultes

Roman Polanski
Drame français (2017) de Roman Polanski, d’après le livre de Delphine de Vigan, avec Emmanuelle Seigner (Delphine), Éva Green (Elle), Vincent Perez (François), Josée Dayan (Karina), Camille Chamoux (l’attachée de presse) (1h40).

Delphine, auteur à succès d’un roman intimiste, est une femme tourmentée. D’autant plus que, depuis quelque temps, elle reçoit des lettres anonymes qui l’accusent de livrer sa famille en pâture au public. En panne d’inspiration, elle rencontre alors une jeune femme, admiratrice passionnée de son style, qui veut la reprendre en main pour l’obliger à écrire. Très vite, cette dernière l’accapare, la domine, la surveille... Va-t-elle l’aider à écrire ou lui voler lentement sa vie ?

Inspiré d’un roman à succès de Delphine de Vigan, elle aussi auteur d’un livre intimiste, où les angoisses du personnage rejoignent celles de l’écrivain, le film pourrait naviguer entre le romanesque psychologique et le thriller intime. Polanski, qui a adapté le livre avec Olivier Assayas, a hésité entre les deux styles au point de s’y perdre et de rester à la surface des deux genres. Résultat : son film est tout juste digne d’un téléfilm de suspense américain diffusé régulièrement sur M6 ou C8. Difficile voire impossible de reconnaître le Polanski de « Lunes de fiel » ou de « Ghost Wwriter ». On cherche vainement la patte du cinéaste, son sens du décor et la progression dramatique. Certes, l’intérieur de la maison d’où naîtra le malaise puis l’angoisse, a son importance comme dans beaucoup de ses films, mais il ne semble pas l’exploiter. Seul demeure l’antagonisme des deux femmes, son épouse Emmanuelle Seigner à l’origine du film, fragile et tourmentée, et surtout Éva Green, qui joue ici son premier film français. Son profil aigu et son allure maléfique vont à ravir au personnage d’Elle, la voleuse de vie qui possède lentement le cerveau, le cœur et l’âme de l’écrivain en perdition. On comprend que l’intrigue malsaine et ambiguë (le personnage d’Elle existe-t-il ?) ait pu séduire le cinéaste. Mais pour en faire quoi ? Un film de série loin de ses chefs-d’oeuvre...

L’équivoque de la situation peut être à la limite de tendances homosexuelles entre les deux héroïnes. Ce qui peut dérouter le spectateur, mais donne au film une dimension érotique qui fait diversion.

 - Mise à mort du cerf sacré
 - D’après une histoire vraie
 - Happy End
 - La montagne entre nous
 - Au revoir là-haut
 - Detroit
 - Taxi Sofia
 - Petit paysan
 - Home
 - 120 battements par minute